Warning: file_get_contents(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /homepages/7/d318975988/htdocs/wp-content/plugins/sharify/admin/sharify_count.php on line 24

Warning: file_get_contents(http://urls.api.twitter.com/1/urls/count.json?url=http://mushroom.jobs/blog/ce-que-les-reseaux-sociaux-disent-de-vous/): failed to open stream: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /homepages/7/d318975988/htdocs/wp-content/plugins/sharify/admin/sharify_count.php on line 24

Warning: file_get_contents(http://www.linkedin.com/countserv/count/share?url=http://mushroom.jobs/blog/ce-que-les-reseaux-sociaux-disent-de-vous/&format=json): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.0 404 Not Found in /homepages/7/d318975988/htdocs/wp-content/plugins/sharify/admin/sharify_count.php on line 48

Plus d’1 recruteur sur 2 a déjà cherché un candidat sur les médias sociaux. Voilà ce qu’il faut faire pour les inciter à vous choisir.

images3

Bien sûr, les recruteurs n’examinent pas que les réseaux sociaux professionnels. D’après un sondage réalisé par un cabinet de recrutement : 55 % regardent sur Facebook et 26 % sur Twitter, alors que 45 % utilisent le site de réseautage professionnel LinkedIn et 23 % Google+. Les sites de partage d’images n’échappent pas non plus à leur œil avisé. 14 % font appel à Instagram et 9 % à Pinterest. Les employeurs se servent aussi des moteurs de recherche : plus de 2 employeurs sur 5 (42 %) utilisent, par exemple, Google pour enquêter sur des candidats potentiels, et 17 % ont l’intention de s’y mettre.

Et cela influe sur la sélection.

Parmi les recruteurs qui ont fait des recherches sur des candidats sur les médias sociaux, 41 % ont trouvé du contenu qui les a convaincus de ne pas recruter le candidat et 28 % ont déniché des informations qui les a fait douter du bien fondé d’embaucher le profil en question.

Un exemple ? Un Directeur de clientèle RP spécialisé dans le digital et qui parle beaucoup de réseaux sociaux sur son CV… alors qu’on ne trouve nulle trace de lui sur internet. Même pas une page Linkedin, ni un petit communiqué de presse, et encore moins un fil twitter, outil important s’il en est aujourd’hui auprès des journalistes.

CE QUI PEUT PROVOQUER L’ÉLIMINATION D’UNE CANDIDATURE

–  Le candidat a menti sur ses compétences (32 %)

–  Le pseudonyme du candidat manquait de professionnalisme (28 %)

–  Le candidat critiquait sa dernière entreprise ou ses collègues (24 %)

–  Le candidat avait posté des informations sur sa consommation d’alcool ou de drogue (23 %)

–  Le candidat partageait des informations confidentielles sur son précédent employeur (21 %)

–  Le candidat avait mis en ligne des photos ou informations déplacées ou provocantes (20 %)

–  Le candidat avait fait des commentaires discriminatoires sur la race, le sexe, la religion, etc. (18 %)

–  Le candidat manquait de compétences en communication (18 %)

–  Le candidat postait trop souvent (18 %)

–  Le candidat avait menti à propos d’une absence (18 %)

–  Le candidat avait des liens avec un comportement criminel (13 %)

LES INFORMATIONS QUI PEUVENT FAVORISER L’EMBAUCHE

42 % des employeurs qui ont fait des recherches sur des candidats sur les sites des réseaux sociaux disent y avoir trouvé du contenu qui les a incités à recruter un candidat. Parmi les explications les plus courantes se trouvent :

–  Le candidat était créatif (33 %)

–  Ils ont pu évaluer la personnalité du candidat et ont pensé qu’il pourrait bien s’intégrer à l’entreprise (33 %)

–  D’autres personnes avaient posté d’excellentes références (28 %)

–  Le candidat avait de très bonnes compétences en communication (28 %)

–  Le site du candidat relayait une image professionnelle (26 %)

–  Les renseignements supplémentaires sur le candidat confirmaient sa qualification pour le poste (23 %)

–  Le candidat avait reçu des prix et récompenses (17 %)

–  Le candidat était équilibré (17 %)

–  Le candidat avait communiqué avec les comptes de l’entreprise sur les réseaux sociaux (16 %)

–  Le candidat avait mis en ligne une vidéo engageante ou un autre type de contenu (14 %)

–  Le candidat avait de nombreux followers ou inscrits (13 %)

L’ESTIME DE SOI, UN TRAIT DE CARACTÈRE DÉCISIF ?

Une récente étude publiée dans “The Journal Personality and Individual Differences” a permis de mettre en lumière ce que nos posts révélaient sur notre personnalité.

Les rendus de l’étude ont prouvé que certains sujets ou statuts postés corrélaient avec certains traits de caractère. Par exemple, quelqu’un de plutôt positif est plus enclin à tout partager sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sa vie sociale comme les fêtes ou ses rencontres entre amis. Les narcissiques quant à eux, posteraient plus des évènements relatifs au succès et aux prouesses comme une récompense ou une promotion au travail. D’un autre côté, les gens avec peu d’estime d’eux-mêmes miseraient sur des contenus liés à leur vie sentimentale. Plutôt que de rechercher une certaine validation et acceptation de leur réseau, ces derniers ont déclaré utiliser les réseaux sociaux pour s’exprimer librement et raconter une histoire.”C’est normal de déduire que les gens qui manquent de confiance en eux postent des contenus liés à leur partenaire lorsque leur relation leur paraît menacée, c’est dans le but de la revendiquer “, affirme l’auteur de l’étude.

Voilà quelques idées pour développer votre marketing de soi, self branding, e-reputation… Ne négligez donc pas votre “auto-portrait”.

images 4