Warning: file_get_contents(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /homepages/7/d318975988/htdocs/wp-content/plugins/sharify/admin/sharify_count.php on line 24

Warning: file_get_contents(http://urls.api.twitter.com/1/urls/count.json?url=http://mushroom.jobs/blog/comment-bien-parler-de-ses-echecs-en-entretien/): failed to open stream: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /homepages/7/d318975988/htdocs/wp-content/plugins/sharify/admin/sharify_count.php on line 24

« Oublie les conséquences de l’échec. L’échec est un passage transitoire qui te prépare pour ton prochain succès. »

Denis Waitley – Seeds of Greatness

Quel est votre plus grand échec ? C’est la question que tout le monde redoute en entretien. Pourquoi est-ce si difficile ? Premièrement celle-ci touche au champ “comportemental”; mais en plus, elle porte spécifiquement sur une expérience négative.

Or, quoi de plus difficile lorsque vous devez vous montrer sous votre meilleur jour que de devoir raconter un échec ? Jusqu’à quel point être honnête ? L’équilibre est fragile entre une réponse évoquant un “faux” échec pour se mettre en valeur et une réponse trop honnête qui pourrait vous desservir. Voici quelques conseils pour bien préparer cette question.

1. Comprendre pourquoi les recruteurs posent cette question

« Before anything else, preparation is the key to success. » – Alexander Graham Bell

Vous vous souvenez de cette fausse bonne idée de votre ami de lycée qui était allé passer son bac “au talent” ? Pour l’entretien c’est la même chose. S’y rendre sans préparation est plutôt risqué. À la clé ? Plus vous maîtrisez ces questions comportementales moins vous subissez l’entretien et plus vous vous démarquez.

Il suffit pour cela de suivre quelques étapes très simples, mais d’abord de comprendre l’intérêt de cette question.

Qu’est-ce que votre histoire dit de vous ? Elle montre votre manière de penser, d’organiser et de vous souvenir de vos expériences.

Une bonne histoire avec des exemples précis et diversifiés de vos compétences vous préparera à répondre à toutes formes de questions posées en entretien.

2. Comment choisir la “bonne” histoire ?

Tout le monde fait des erreurs. Le plus difficile c’est de créer une histoire d’échec qui met en évidence vos ressources. Car évidemment le but n’est pas de rester sur un revers mais bien de montrer que vous vous en êtes sorti.

  • Choisissez un échec réel et ne soyez pas prétentieux. Les exemples tels que : “En tant que commercial je n’ai augmenté les ventes que de 30% mais comme je visais plus haut, j’ai eu l’impression d’échouer. C’est mon côté perfectionniste.” sont à éviter ou au moins à nuancer.
  • Cette question n’est pas non plus  l’occasion de confesser vos pires secrets. Ne choisissez pas un échec qui est le résultat d’une grave erreur personnelle (envoyer un mail rempli d’informations confidentielles à tous vos contacts).
  • Concentrez-vous sur la “morale” de l’histoire. Il vous faut choisir une histoire qui dit quelque chose de vous. Une leçon que vous avez apprise. Dans l’idéal vous devez montrer que cet échec vous a permis d’acquérir plus d’expérience et de nouvelles compétences.

3. Comment construire sa réponse autour de son histoire ?

Pour bien se préparer, le plus simple est de s’appuyer sur une méthode très populaire dans les entretiens la méthode STAR. Le blog américain Biginterview.com décrit parfaitement cette manière de faire qui s’applique à toutes les questions de type comportementales posées en entretien.

Avec STAR, vous décrivez en quelques phrases chacun des aspects clés de votre histoire (Situation/ Tâche, Approche et Résultats). Cette méthode vous permet d’aborder exactement les éléments qu’attendent les recruteurs.

Situation / Tâche

Il s’agit ici d’installer le décor de votre histoire c’est-à-dire l’aperçu du projet ou de la situation. Soyez concis et donnez seulement assez d’informations contextuelles.

Exemple : ” Je dirais que mon plus grand échec professionnel a été la perte d’un contrat important avec un client lorsque j’étais responsable de projet chez … “

Pourquoi ça marche ? L’intérêt c’est de donner quelques informations factuelles sans s’attarder car l’accent doit être mis sur les phases suivantes dans lesquelles vous expliquer comment vous avez rebondi. L’honnêteté prime puisqu’elle montre que vous assumez les faits.

Approche

Après avoir donné un bref historique de l’échec, il est temps de décrire plus en détails ce qui s’est passé et pourquoi.

Suite de l’exemple : ” Le plus gros problème, c’est que nous tenions ce projet pour acquis. Nous avions une relation privilégiée avec le client avec qui nous avions déjà collaboré. Nous avons répondu à ce nouveau projet lors d’un rendez-vous qui s’est très bien déroulé. Avec le recul nous n’avons pas fait d’effort supplémentaire pour les impressionner. Nous nous sommes contentés de présenter notre offre classique au lieu de penser plus loin ou d’innover. Cela a permis à un concurrent plus impliqué de remporter le projet. J’étais en charge de la réponse à cet appel d’offre je n’ai pas su proposer une réponse innovante. “

Pourquoi ça marche ? C’est une analyse perspicace et concise de ce qui s’est passé. Il y a suffisamment de détails pour montrer que vous avez déjà analysé les causes de l’échec et pensé à votre propre rôle dans cette histoire.

Résultats

Comme dans toutes les belles histoires, la fin de la vôtre est une fin heureuse. On évite malgré tout une fin à la Disney (“J’ai réussi à faire changer d’avis le client et il a signé avec nous“). Votre R doit décrire l’issue positive de votre échec à force de remise en question et d’apprentissage.

Suite et fin de l’exemple : ” La perte de ce client a été un coup dur pour mon entreprise. D’un point de vue financier mais aussi pour le moral de l’équipe. J’ai pris l’initiative d’analyser ce qui s’était passé et ce que nous pouvions faire mieux. Le premier enseignement a été de ne jamais rien prendre pour acquis et de toujours chercher à faire mieux que ce qui est demandé. J’ai instauré des nouveaux process pour innover et j’ai emmené mon équipe à une journée de formation au pitch animée par un coach spécialisé. Peu après nous avons remporté un nouveau contrat et ce grâce à l’ensemble du travail que nous avions fait suite au dernier échec. 

Pourquoi ça marche ? Vous montrez ce qui s’est passé et les conséquences pour vous, votre équipe et l’entreprise. Cela montre que vous avez le recul et la maturité nécessaire pour réussir si une situation comme celle-ci se représente.

Faites l’exercice par vous-même et vous verrez que le simple fait de compléter votre matrice STAR vous permet de comprendre pleinement les tenants et aboutissants de ce type de question.

Vous pouvez appliquer la méthode STAR pour expliquer ce que vous considérez comme une erreur de parcours (mauvais choix, ré-orientation) ou encore pour parler d’une période d’essai non-renouvelée.

Source : welcometothejungle.com