Warning: file_get_contents(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /homepages/7/d318975988/htdocs/wp-content/plugins/sharify/admin/sharify_count.php on line 24

Warning: file_get_contents(http://urls.api.twitter.com/1/urls/count.json?url=http://mushroom.jobs/blog/gafa-startup-logiciels-les-betes-noires-des-agences-de-communication/): failed to open stream: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /homepages/7/d318975988/htdocs/wp-content/plugins/sharify/admin/sharify_count.php on line 24

Dernièrement, nous avons présenté de nouveaux modèles d’agences qui ont d’ores et déjà engagé une profonde mutation de leur mode de fonctionnement.

Cette semaine, nous allons nous intéresser aux “bêtes noires”, ces acteurs qui se sont installés sur le marché et qui font trembler les agences de communication. Entre les géants digitaux partant à la conquête de nouveaux territoires, les licornes qui disruptent des pans entiers de notre économie ou encore des logiciels dévoreur-massacreur, le modèle agence “classique” a des soucis à se faire.

GAFA : Quand les géants digitaux attaquent les autres industries

GAFA - Mushroom, chasseur de tête, chasseurs de têtes, communication, marketing, digital, cabinet de recrutement, Start up, agence, annonceur

Les GAFA, constitués des entreprises Google, Apple, Facebook et Amazon, représentent une première menace pour le modèle agence de communication. En effet, leur business model très profitable leur permet aujourd’hui de réaliser des innovations très agressives. Vient s’ajouter leur capacité de déploiement dans le monde entier et une maîtrise parfaite de leur fiscalité. En maîtrisant les données de centaines de millions d’individus, comme leur géolocalisation, leurs centres d’intérêt ou encore l’accès à l’information, ces géants se positionnent comme véritables challengeurs.

De plus, ils sont capables d’asseoir leur souveraineté numérique sur la quasi-totalité des secteurs. Dans un article publié sur Stratégies, on peut lire : « Google, Amazon, Facebook et Apple (désignés par l’acronyme GAFA), représentent une capitalisation cumulée de plus de 2000 milliards d’euros, pour un bénéfice de plus de 77 milliards. C’est plus que l’ensemble du CAC 40 (1500 milliards) et l’équivalent du PIB annuel de la France. Des chiffres jusqu’alors jamais atteints et une croissance qui ne semble pas avoir de limites ».

Prenons l’exemple d’Amazon qui continue de développer des activités « parallèles », comme l’hébergement cloud, la livraison premium, la production de films et mini-séries, l’édition de livres ou encore les courses alimentaires… Demain proposera-t-il un modèle ressemblant à celui des agences de communication ?

Startup : composante du renouveau des agences

GAFA - Mushroom, chasseur de tête, chasseurs de têtes, communication, marketing, digital, cabinet de recrutement, Start up, agence, annonceur

Depuis quelques années, les agences de communication sont confrontées à une typologie de client encore inconnu il y a 20 ans : les startups. Leurs attentes principales sont d’être accompagnées sur la communication, l’expérience utilisateur ou encore le marketing avec des contraintes fortes en terme de temps, de réactivité et d’argent.

En effet, les start-up ont besoin que les agences soient capables de travailler en mode projet à un rythme effréné, dans le but d’être rapides et de devancer la concurrence. Depuis bien trop longtemps, la relation agence-annonceur était établie et installée sur une méthodologie très scolaire et chronophage. Mais ces cycles longs ne sont plus adaptés à l’innovation, au contraire ils agissent comme ralentisseur et se positionne comme frein au changement.

Prenons l’exemple du CEO de Target, Mike McNamar, qui a modifié radicalement l’organisation du travail en seulement dix-huit mois. Son approche était simple : pas de Powerpoint, ni d’audits, simplement une démarche basée sur l’intelligence collective. Le principe était que chaque collaborateur avait le droit à cinq post-it afin de mettre en avant, selon lui, les priorités de l’enseigne américaine. Cette évaluation rapide et objective de l’existant à permis à cet acteur de se repositionner et d’entamer une évolution de son business model qui est aujourd’hui centré sur la création de valeurs par l’innovation.

Aussi, l’un des enjeux majeurs d’un client et de pouvoir tester rapidement une idée ; ceci représente l’agilité et la rapidité. Le marché étant sans cesse enrichi et réinventé il est nécessaire d’adopter une approche « test & learn » : on expérimente, on analyse les résultats et on pivote le projet si nécessaire.

Dans cette ère nouvelle où « collaboration » est le maître mot, les agences de communication doivent donc envisager l’intégration et la compréhension de leur client dans le but de s’inscrire dans une démarche de « cocréation ». Cette dynamique permet non seulement de cultiver une garantie du résultat mais également d’être au plus proche du client. Il faut donc tout partager : tests, erreurs, convictions et points de vue. En bref, casser cette “barrière commerciale” pour en obtenir le meilleur. Les start-up se sont ainsi positionnées comme un des éléments déclencheurs au renouveau des agences de communication.

Logiciels: destructeur du monde ou créateur de valeur ?

GAFA - Mushroom, chasseur de tête, chasseurs de têtes, communication, marketing, digital, cabinet de recrutement, Start up, agence, annonceur

« Le logiciel est en train de dévorer le monde », c’est une phrase tirée d’un article rédigé par Marc Andreessen et publié en mars 2011 dans le Wall Street Journal. Dans cette chronique, l’entrepreneur et investisseur dans les nouvelles technologies, nous présente sa vision de la puissance de plus en plus importante des logiciels qui « rayent de la carte » des industries entières. Aujourd’hui, six ans après sa parution, on peut noter que son approche s’est bel et bien confirmée de nos jours, et que cela ne va pas s’arrêter.

Si les GAFA répresentent une menace potentielle pour l’ensemble des marchés et secteurs, ils n’ont cependant aucune garantie d’être éternel, comme le démontre l’exemple récent de Yahoo racheté par Verizon. Ce qui leur permet une certaine pérennité, en dehors de leurs résultats annuels, c’est bien entendu la maîtrise des différents logiciels nécessaires au bon fonctionnement et développement de leur croissance.

Leurs avancées exponentielles dans l’intelligence artificielle ou leurs gigantesques centres de données ont permis à des acteurs comme IBM ou Microsoft de diversifier leur modèle et de croître à nouveau. Il est utile de rappeler qu’à l’origine IBM était un fabricant de PC, qui s’est repositionné en tant société de service. Cette transition est présentée dans l’ouvrage Who says Elephants can’t dance ?, écrit par Louis V. GERSTNR JR. Ce dernier explique comment il a effectué un virage total de sa stratégie tout en gardant une entreprise soudée. Il est revenu sur son business model, l’a complétement retravaillé et réorganisé l’ensemble de ses équipes. Aujourd’hui IBM est une société de service, créant des milliers d’emplois chaque année.

Il est aussi intéressant d’observer « le cas » du groupe Publicis qui vient de développer une initiative technologique structurante : « Marcel ». Cet assistant professionnel est basé sur l’intelligence artificielle. Il aura pour vocation de briser les silos entre les différentes entités du groupe ; qui compte près de 80 000 collaborateurs répartis sur 200 métiers dans 130 pays.

La révolution que cet assistant apporte est de créer du lien entre tous les collaborateurs sur ces 130 pays. Chaque collaborateur bénéficiera d’une approche personnalisée et adaptée à son poste et sa fonction. Ce système facilitera également la détection d’opportunités de business et pourra anticiper les besoins des clients. Bien entendu ce « bijou de technologie » n’est pas accessible à toutes les structures, car son coût est très important (pour aller plus loin, cliquez ici)

Ces trois modèles mettent certes en difficulté l’agence “classique” mais la poussent également à repenser à son métier, à son fonctionnement et à sa relation avec ses clients en profondeur.

 Article rédigé par Alexandre L’her